Open data : l'ouverture des données reste encore l'exception

Open data
Extrait d'un fichier décrivant des lignes au format GTFS
OpenData

L'ouverture des données transport est inscrite dans la loi Macron. Mais le gouvernement n'a toujours pas pris les décrets associés. Ils devaient être publiés initialement en novembre 2015. Faute d'obligation, on est très loin de trouver en ligne toutes les données des réseaux. Le portail Passim du ministère de l'environnement, de l'énergie et de la mer compile les informations liées à l'open data.

Des chiffres concernant la publication des données sont présentés en synthèse. A ce jour, sur 594 réseaux recensés, seuls 15,66 % d'entre-eux publient la liste de leurs arrêts. Pour les horaires théoriques, ils sont 12,12 % à le faire. Et dès qu'on s'intéresse aux horaires en temps réel, le pourcentage d'ouverture tombe à 2,53 %.

En 2016, Transdev associé à 3 autres partenaires a lancé la plateforme Catalogue (The International Open Platform For Mobility Data). Quelques mois plus tard, seulement une dizaine de réseaux urbains français y sont référencés. Il s'agit de données déjà présentes sur d'autres sites et certains fichiers au format GTFS contiennent des données périmées. C'est le cas pour Brest alors qu'une version à jour est référencée sur data.gouv.fr.

Au niveau national, la plateforme data.gouv.fr regroupe de nombreuses données. Mais cette excellente initiative de centralisation souffre également d'un manque d'actualisation, les diffuseurs privilégiant parfois leur propre plateforme. Toutefois, lorsqu'on signale un oubli de mise à jour, les gestionnaires sont généralement très réactifs. Il reste que face à la multiplication des plateformes de diffusion, trouver celle qui est la plus à jour est parfois compliqué.

Outre la publication des données, leur centralisation et l'actualisation permanente est un enjeu majeur pour le bon fonctionnement des solutions reposant sur l'open data.

Actuellement, la collecte de données la plus aboutie est celle de Kisio Digital. Son service navitia.io agrège puis redistribue les données sous forme d'API et de fichiers GTFS.

Partager cet article :

Commentaires

A lire aussi dans l'actualité des transports en commun…