Île-de-France : des bus électriques bi-articulés pour les lignes T Zen

Article publié le par

Île-de-France : des bus électriques bi-articulés pour les lignes T Zen
Autobus électrique en livrée Île-de-France mobilités
Bus électrique

Île-de-France mobilités a lancé le 18 août 2020 une consultation pour l'acquisition d'autobus électriques avec les systèmes de charge associés. Ces autobus bi-articulés de 24 mètres de long sont destinés à deux lignes T Zen (BHNS) actuellement en projet.

Les deux lignes concernées sont :

  • T Zen 4 : Viry-Châtillon - Corbeil-Essonnes (14,3 km et 30 stations), mise en service prévue au deuxième trimestre 2023 : 28 véhicules, remisage à Corbeil-Essonnes
  • T Zen 5 : Paris - Choisy-le-Roi (9,4 km et 19 stations), mise en service prévue au semestre 2024 : 27 véhicules, remisage à Choisy-le-Roi

Une autre ligne T Zen pourrait également bénéficier du même matériel roulant.

Les entreprises ont jusqu'au 11 septembre 2020 pour déposer leurs candidatures. Le titulaire du marché devra fournir les véhicules et les systèmes de charge (y compris les outils de supervision), en assurer la pose et effectuer la mise en service du système de transport (formation de l'exploitant). Pour Île-de-France mobilités, cet investissement est évalué à un montant compris entre 30 et 200 millions d'euros HT selon les bons de commande qui seront émis durant les 8 années de validité de l'accord-cadre.

En France, à ce jour, le réseau TAN de Nantes Métropole est le seul à exploiter des autobus électriques bi-articulés. La recharge s'effectue au dépôt, aux terminus et en ligne lors des arrêts aux stations équipées d'un dispositif de recharge rapide. Les véhicules exploités sont 22 Hess lighTram 25 TOSA avec une chaîne de traction et des équipements fournis par l'industriel ABB.

Le constructeur belge Van Hool propose dans son catalogue un modèle similaire, l'Exqui.City 24 Electric.

À noter que les centrales d'achat CATP et UGAP n'ont actuellement pas référencé de bus de ce type.

S'abonner
Partager cet article :

À lire aussi dans l'actualité des transports en commun…

TRANS'BUS sur Twitter