Numéros de parc des véhicules

Numéro de parc

Dans la plupart des réseaux urbains, chaque véhicule porte un numéro de parc, afin de simplifier la gestion des véhicules. Il est par exemple plus simple d'utiliser "521" pour identifier un GX 107 d'Alençon (Alto), plutôt que son immatriculation, ici "791 SR 61".
Mais comment sont choisis ces numéros ? C'est ce que ce dossier va vous faire découvrir.

Les différents types de numérotation

Il existe plusieurs types de numérotation :

  • à la suite (ex : 1, 2, 3…)
  • en série (ex : 201 à 208, 301 à 322…)
  • par année (ex : 9901 à 9934, 0001 à 0012, 0100 à 0122…)

Il est également possible de combiner plusieurs principes.

A la suite…

On trouve cette numérotation à Colmar, Mâcon ou à Troyes, par exemple. A Colmar, l'autobus n°122 est un SC 10, le n°123 est un R 312.

La numérotation des bus dans certains réseaux peut sembler aléatoire, ce n'est, le plus souvent, nullement le cas. Il s'agit de la numérotation spécifique des véhicules du groupe de transport qui exploite le réseau. En effet, les véhicules qui appartiennent directement à des groupes de transport (Keolis, Transdev…) reçoivent généralement des numéros attribués selon un système national. Chez Transdev, tous les bus possèdent un numéro à 4 ou 5 chiffres commençant par 9. Exemple : 91253. La série "9" étant complète, les nouveaux bus sont numérotés dans la série 70000.

Numéro de parc du Mercedes Cito n°511 de ReimsEn série

Il s'agit de la numérotation la plus classique (Lyon, Marseille, Dijon, Le Mans, La Rochelle, Alençon…). La photo ci-contre montre le numéro de parc d'un midibus Mercedes Cito du réseau TUR (Reims). Tous les Cito de ce réseau portent un numéro de parc dans la série 510 (511 à 518).

Sous-séries

Une même grande série peut-être découpée en plusieurs sous-séries. A Poitiers, la série 400, qui désigne les bus au gaz, est divisée en 2 : à partir de 401 pour les Heuliez GX 317 GNV, et à partir de 451 pour les Renault Agora Gaz.

Particularité : le réseau d'Alençon numérote ses véhicules sur le principe de la série et de la sous-série. Les numéros sont à trois chiffres, le premier identifie le modèle du bus, le second indique le numéro de la série à laquelle le bus appartient et le troisième est une numéro d'ordre dans la sous-série.
Exemple : 521 : ce bus est un GX 107 (chiffre 5), il fait partie de la deuxième série de GX 107 reçue par le réseau (chiffre 2) et il est le premier de cette série (chiffre 1).

Numéro de parc du PR 118 n°9546 des TCRMPar année

Cette numérotation est en vigueur à Lille, Bordeaux, Metz et Toulouse. La photo ci-contre montre le numéro de parc d'un PR 118 des TCRM, acquis en… 1995.

Particularités

Certains réseaux optent pour des lettres. C'est le cas des 5 minibus de Grasse, "numérotés" de A à E.

Les véhicules de service (Clio, 106, Saxo…) possèdent souvent un numéro.

Numéro de parc du SC 10 n°3976 de la RATP (ligne 29)RATP

Les bus de la RATP sont immatriculés en série avec une immatriculation à 3 ou 4 chiffres qui correspond également au numéro de parc (photo ci-contre). Les "autobus-école" peuvent posséder une immatriculation à 2 chiffres. Cette particularité propre à la RATP disparaît peu à peu. Les bus neufs possèdent désormais une immatriculation dans la série normale. Les n° de parc sont reportés sur la carrosserie des véhicules.

Numéro de parc d'un PR 118 de TroyesImmatriculation et numéros de parc

Dans certains réseaux de taille modeste, les numéros de parc sont tout simplement les chiffres de l'immatriculation. Certains réseaux ont poussé le système plus loin afin d'obtenir des immatriculations qui correspondent au numéro de parc. C'est le cas à Epinal (STAHV), Nice (ST2N), à Troyes (TCAT) où, par exemple, l'autobus articulé n°203 est immatriculé 203 ND 10 (voir photo ci-contre). Dans le cas d'une immatriculation à 4 chiffres, seuls les 3 derniers sont utilisés : le R 312 immatriculé 2194 MX 10 porte le numéro 194. Ce choix dans les immatriculations des véhicules afin d'avoir une correspondance avec les numéros de parc dépend de la politique appliquée par la préfecture du département en ce qui concerne les numéros réservés.

busVéhicules affrétés

Dans plusieurs réseaux, les véhicules affrétés sont numérotés dans la série 900. Cette numérotation des véhicules affrétés a parfois pour conséquence la double-numérotation de certains véhicules. Un numéro pour l'exploitant, et un autre pour le réseau où le bus circule.

Limites

L'affectation des numéros de parc est tout un art. En effet, il faut veiller à ce que ces numéros ne puissent être confondus ni avec les numéros de ligne (par les clients), ni avec les numéros de service (par les conducteurs).

Certains réseaux réutilisent certains numéros après la réforme des véhicules.

Lorsque la numérotation est devenue incohérente ou peu lisible, il arrive que des sociétés procèdent à une rénumérotation complète des véhicules. Les filiales des groupes ont alors deux solutions : refaire une codification ou adopter les numéros attribués par la maison-mère.

Affichage

Le numéro de parc est affiché sur le véhicule. La taille et l'emplacement de ce numéro sont très variables d'une entreprise à l'autre. De plus, il est parfois affiché plusieurs fois par véhicule : sur les 4 faces, à l'emplacement de charge en carburant et à l'intérieur (avant et arrière).


A consulter également

Pour en savoir plus, consultez également les dossiers suivants sur le même thème :

Partager cet dossier :