L'agriculture, acteur de la transition énergétique pour les transports

Article publié sur transbus.org le par Olivier Meyer

Escape game : le bus vertigineux
Escape game : le bus vertigineux
Bus Vertigineux

Le Salon International de l'Agriculture a ouvert ses portes le week-end dernier à Paris. Durant 9 jours, les halls de Paris Expo - Porte de Versailles accueillent le monde agricole. Du samedi 25 février au dimanche 5 mars 2023, les 600 000 visiteurs attendus peuvent admirer des animaux, déguster des produits régionaux, mais aussi s'intéresser au rôle de l'agriculture dans la production d'énergies renouvelables. En effet, ce secteur contribue à l'indépendance énergétique de la France. L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME) indique que la part des énergies renouvelables devrait atteindre 32 % en 2030, dont une partie issue de l'agriculture. Dans le cadre de cette révolution énergétique, les biocarburants se substituent aux carburants d'origine fossile et permettent de décarboner les transports routiers.

Plusieurs biocarburants proviennent de l'agriculture : le bioGNV, le biogazole et le bioéthanol.

Des résidus agricoles jusqu'au biogaz

Sur son stand au Salon International de l'Agriculture, l'ADEME indique que la méthanisation est un levier de la transition énergétique. Un méthaniseur traitant 15 000 tonnes par an peut alimenter 60 autobus en bioGNV.

De plus en plus d'exploitations agricoles installent un méthaniseur permettant de produire du biogaz à partir des résidus agricoles et des effluents d'élevage. L'INRAE, l'Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement, travaille à l'optimisation des procédés de méthanisation.

De son côté, le distributeur de gaz GRDF fait sur son stand la promotion du gaz vert, un gaz renouvelable destiné à se chauffer, à cuisiner et à se déplacer.

En outre, pour le compte de GRDF, l'agence de communication Rosa Paris a conçu des affiches avec des animaux, dont une avec le message « On remercie York qui aide à produire du gaz vert pour faire rouler des bus ». Ces affiches sont visibles sur le stand et en région parisienne dans les stations de métro et sur des bus.

À l'extérieur du hall 4, l'escape game le « Bus VERT'igineux » est de retour. Cette animation est installée à bord d'un autobus Iveco Urbanway de dernière génération fonctionnant au biométhane (BioGNV). Ce bus est prêté par Île-de-France mobilités. Exploité par Transdev Île-de-France, il circule habituellement en Seine-et-Marne sur des lignes de transport public autour de Fontainebleau.

Du colza jusqu'au biogazole

Les cultures de colza peuvent servir à la production du B100, un carburant renouvelable substituable au gazole.

Le stand Terres OléoPro du GIE Terres de Communication fait la promotion de la filière française des huiles et protéines végétales. Le biogazole Oleo100 (type B100) est produit à partir de colza français par la société Saipol (groupe Avril). L'entreprise a indiqué récemment avoir dépassé le cap des 1 000 utilisateurs (des flottes captives de poids lourds) sur le territoire français, quatre ans après son lancement.

Plusieurs constructeurs de bus et cars, comme MAN et Volvo, commercialisent des véhicules compatibles, exclusivement ou non, avec ce biocarburant.

De la betterave jusqu'au bioéthanol

Les cultures de betteraves sucrières peuvent produire de l'éthanol. Le stand de l'Association Interprofessionnelle de la Betterave et du Sucre (AIBS) fait la promotion de la filière « betterave - sucre - bioéthanol ». Il présente les différents débouchés de l'alcool agricole français. Pour les véhicules essence, le carburant bioéthanol se nomme E85.

S'abonner
Partager cet article :

À lire aussi dans l'actualité des transports en commun…