Dépôts et parkings d'autobus et d'autocars

Du simple parking à la campagne au dépôt souterrain en centre-ville, les lieux de remisage des bus et cars sont très divers. Dépôt-atelier, centre bus, centre d'exploitation et de maintenance… : les appellations sont multiples mais partagent l'objectif commun de participer au bon fonctionnement d'un réseau de transport.

Dépôt de bus à Saumur
Dépôt de bus à Saumur à proximité de la gare routière

Types de dépôts

Ces sites logistiques regroupent les infrastructures nécessaires pour stationner les véhicules, permettre leur charge et assurer a minima l'entretien courant. On trouve plusieurs zones dans un dépôt :

  • remisage des bus (de quelques bus à plusieurs centaines)
  • bureaux (du bungalow à l'immeuble de plusieurs étages)
  • atelier (à partir d'une travée)

La superficie d'un dépôt peut atteindre plus de 50 hectares.

Île-de-France mobilités nomme les dépôts Centres opérationnels Bus (CoB). Il en existe de plusieurs types en fonction de leur équipement.

Propriété

Les terrains et locaux sont généralement soit la propriété des transporteurs, soit mis à disposition des transporteurs par les collectivités. Concernant les transports urbains, les collectivités détiennent la plupart des dépôts.

Parfois, les contrats d'exploitation conclus avec les transporteurs comportent la construction d'un dépôt. À l'issue du contrat, le dépôt peut devenir propriété de la collectivité.

En Île-de-France, l'autorité organisatrice a racheté plusieurs dépôts aux transporteurs pour permettre de faciliter les procédures de mise en concurrence du réseau bus.

Localisation

Le choix de l'emplacement pour un dépôt de bus ou cars est stratégique. Il en découle une partie de la productivité de son exploitant.

Conséquences d'un éloignement important

Si le dépôt est éloigné des têtes de ligne, le nombre d'heures et de kilomètres effectués à vide sera élevé. Depuis quelques dizaines d'années, les dépôts s'éloignent du coeur des villes ce qui peut conduire à une dégradation de la productivité.

À Royan, le petit dépôt situé à côté de la gare a été remplacé en 2014 par un dépôt moderne implanté dans une zone d'activités à Saint-Sulpice. Cette localisation génère 250 000 km à vide par an. En 2020, l'agglomération a lancé le projet d'un nouveau dépôt situé à proximité immédiate de la gare multimodale de Royan. Cette relocalisation devrait permettre de diminuer les kilomètres effectués à vide (haut le pied).

À Saint-Brieuc, en 2019, un nouveau dépôt a remplacé une installation devenu trop petite. Une étude a montré que ce déplacement entraîne plusieurs milliers de kilomètres à vide supplémentaires par an.

Vers une multiplication des dépôts ?

Dans certaines agglomérations, il existe plusieurs dépôts. La décision de construire un dépôt supplémentaire nécessite une étude approfondie des coûts d'aménagement et d'exploitation.

À Poitiers, plusieurs études ont été menées afin de savoir s'il était intéressant de construire un deuxième dépôt situé à l'ouest. Mais face au coût d'exploitation élevé d'un site supplémentaire de remisage (personnel sédentaire, bus de réserve…), ce projet n'a pas été validé.

À Rennes, en septembre 2016, un deuxième dépôt d'autobus (Mivoie) a été ouvert. Il a permis de libérer de la place sur le dépôt historique de la plaine de Baud pour permettre la réalisation de programmes immobiliers.

À Brest, le dépôt du tramway situé à l'ouest de l'agglomération accueille également quelques autobus. En revanche, il n'y a pas de maintenance sur ce site. Les véhicules sont entretenus au dépôt de bus (situé à l'est de l'agglomération).

Dépôt au Grand-Bornand
Remisage annexe de Mont-Blanc Bus au Grand-Bornand

L'affrètement de lignes permet de bénéficier de la localisation des dépôts d'autres transporteurs.

Rénovation

Lorsqu'un site est devenu trop petit ou inadapté, une opération de démolition - reconstruction peut être menée.

À Bordeaux, le dépôt de Lescure est un site historique dédié aux transports publics. La métropole a lancé un chantier de 72 millions d'euros pour sa rénovation. La réhabilitation du site sera achevée en novembre 2023.

Rénovation du dépôt de Lescure à Bordeaux
Rénovation du dépôt de Lescure à Bordeaux

Remisage des bus

Le remisage peut être à l'extérieur ou couvert. Le remisage des bus est souvent dissocié de celui des voitures du personnel pour lesquelles un parking pour véhicules légers peut exister.

La capacité d'un dépôt est très variable, allant de quelques bus à plusieurs centaines. À titre d'exemple, le centre-bus d'Aubervilliers (RATP) accueille plus de 300 bus.

Chaque emplacement de stationnement est numéroté, généralement avec le numéro du bus qui doit y être garé. Pour le remisage de véhicules articulés, les emplacements sont généralement aménagés de manière à ne pas devoir effectuer de marche arrière.

Les emplacements peuvent être équipés d'une prise de gonflage pour maintenir la pression dans le circuit d'air. Ainsi, lors de sa mise en route, le bus sera opérationnel plus rapidement.

Dans le cas de bus électriques ou au gaz, on peut trouver une prise ou un tuyau pour assurer la charge des batteries ou le remplissage des bouteilles.

Remisage en souterrain

A Paris, dans certains dépôts RATP, le remisage des bus est souterrain.

Dépôt de bus RATP
Dépôt de bus RATP avec remisage en souterrain

Au-dessus du dépôt, ces sites accueillent des bureaux et des logements. Cette mutualisation du bâti permet de financer l'opération.

Plein de carburant

Outre les emplacements de stationnement, on y trouve le poste de charge. Ce terme RATP désigne le ravitaillement en carburant mais aussi en ADBlue pour les véhicules qui en ont besoin.

Les réseaux équipés de véhicules GNV ont plusieurs possibilités : remplissage rapide (type station-service) ou remplissage lent (à chaque emplacement). Dans ce cas, le dépôt peut être une installation classée pour la protection de l'environnement (ICPE).

Lavage et nettoyage

Plusieurs techniques sont possibles pour laver les véhicules de transport en commun : du lavage manuel à la brosse télescopique jusqu'au tunnel de lavage.

Des solutions intermédiaires comme les mono-brosses et les portiques de lavage existent aussi. Les constructeurs préconisent de ne pas laver aux brosses les véhicules neufs, le temps du séchage de la laque.

Le nettoyage intérieur des bus est effectué soit en interne par l'exploitant, soit par une société spécialisée.

Exploitation

On trouve généralement une salle de prise de service pour les conducteurs, des locaux pour le service planning, le management et éventuellement la régulation.

Les agents de conduite ont aussi un vestiaire.

La régulation du réseau est souvent située dans les locaux de l'exploitation. Dans les plus gros réseaux, le PCC est isolé. Les agents sont alors en contact par radio et peuvent visualiser l'état du réseau sur des écrans.

Maintenance

L'atelier est dimensionné en fonction des besoins : travées de maintenance, magasin de pièces détachées, cabine de peinture… L'équipement va varier en fonction des opérations à réaliser : de l'entretien courant à la maintenance lourde. Une zone de tri des déchets est nécessaire.

Carrosserie

Les autobus évoluent dans un milieu urbain où leur gabarit rend parfois difficile leur progression. Les constructeurs tiennent compte de ces paramètres et produisent des véhicules avec de nombreux éléments de carrosserie pouvant être facilement remplacés. La peinture d'éléments de carrosserie nécessite un équipement dédié : une cabine de peinture.

Magasin

Les réseaux peuvent se constituer un stock de pièces détachées. Plus le parc est homogène et plus il est possible d'avoir un stock tampon.

Bureaux

Certains dépôts sont le siège de l'entreprise de transport. À ce titre, on y trouve les bureaux des autres services du réseau (administratif, marketing, informatique…).

Des locaux sociaux peuvent aussi exister. Parfois, une cantine est située dans les locaux des dépôts.

Stationnement hors dépôt

En zone rurale, le dépôt le plus simple pour un autocar est situé chez son conducteur ! Mais tous les conducteurs n'ont pas la place permettant de stationner un autocar chez eux ou à proximité.

Les petites sociétés n'ont pas toujours un terrain pour garer leurs véhicules. De nombreux cars sont stationnés sur la voie publique, dans des zones industrielles ou sur des parkings poids-lourds.

Autocars stationnés dans une zone industrielle
Autocars stationnés dans une zone industrielle

Les véhicules stationnés à l'extérieur sont plus exposés au vandalisme et au vol de carburant.

Partager ce dossier :

Actualité sur ce sujet