Autobus à hydrogène : pile à combustible

Un autobus équipé d'une pile à combustible (PAC ou fuel cell) est un autobus électrique dont l'énergie est produite directement dans le véhicule. L'électrique est produite à la demande par une pile à combustible par la combinaison d'hydrogène et d'oxygène. Cette pile est alimentée par des bouteilles stockant l'hydrogène. Ce dispositif (pile + bouteilles) est généralement monté sur le pavillon du bus. La pile à combustible offre une meilleure autonomie que les autobus électriques à batteries. Les autobus équipés d'une pile à combustible sont équipés d'une batterie de petite capacité permettant de stocker l'énergie produite par la pile. Un système électronique gère l'énergie.

L'utilisation de la pile à combustible ne dégage que de la vapeur d'eau. C'est donc un mode de propulsion particulièrement écologique localement.

Van Hool A330 FC
Autobus Van Hool New A 330 FC équipé d'une pile à combustible (05/2020)

Autobus équipés d'une pile à combustible

Les constructeurs qui proposent des autobus équipés d'une pile à combustible sont encore peu nombreux. Certains constructeurs ont produit quelques véhicules à hydrogène qui sont restés à l'état de prototype. Voici la liste des modèles :

Caetano
  • H2.CityGold ; 450 km d'autonomie avec une pile à combustible Toyota ; en démonstration dans plusieurs villes d'Europe, un exemplaire à La Roche-sur-Yon.
Mercedes
  • O 405N (NeBus) (n'est plus commercialisé)
  • Citaro BZ (pile à combustible de 2ème génération) : expérimentation de 30 autobus Citaro mus par une pile à combustible à partir de 2002 dans 10 villes européennes. Mais il n'y en a pas eu en France.
  • Citaro FuelCELL-Hybrid (2010, 3ème génération) : quelques exemplaires en Suisse, Allemagne, Italie…
MAN / Neoplan Irisbus (IVECO) Hyvia (Renault Group / Plug Power)
  • Renault Master City Bus H2-Tech : minibus pouvant transporter 15 passagers, dont 9 assis, stockage de l'hydrogène en toiture (4,5 kilos à 350 bars), 300 km d'autonomie
Safra
  • Businova (bus électrique à batterie équipé d'une pile à combustible Michelin en prolongateur d'autonomie) ; référencé par la CATP depuis fin 2020 et par l'UGAP à partir de février 2021.
Solaris
  • Urbino 12 hydrogen ; testé par la RATP en octobre 2020 (2 mois au centre bus de Thiais), en démonstration chez Transdev à Cluses du 30 novembre au 4 décembre 2020, démo à Alès du 16 juin au 7 juillet 2021.
Van Hool
  • A330 FC (12 et 13 mètres)
  • A12 (référencé par l'UGAP à partir de février 2021)
  • Exquicity (pile à combustible de la société canadienne Ballard)

Les équipements nécessaires

L'arrivée de bus munis d'une pile à combustible dans un réseau nécessite bien évidemment quelques aménagements pour l'alimentation en hydrogène et la maintenance de ces bus.
Des industriels comme Engie (GNVert) ou Air Liquide exploitent des stations à hydrogène. L'énergie nécessaire à la production de l'hydrogène peut être obtenue grâce à des sources d'origine renouvelable (hydrogène vert).

Station service hydrogène Air Liquide
Station hydrogène Air Liquide de Les Loges-en-Josas (Yvelines)

Le rechargement d'un bus en hydrogène prend un peu moins de vingt minutes, selon Air Liquide.

Etat des lieux des bus équipés d'une pile à combustible

NeBus
Le NeBus de Mercedes-Benz

Cette technologie fait parler d'elle depuis plusieurs années, mais n'a pas encore passé le cap de la grande série. Le principal frein est son prix, bien plus élevé que pour les bus diesel.

Calendrier : dates clés
  • 1997 : premier prototype d'autobus équipé d'une pile à combustible : le Nebus (No Emission Bus) de Mercedes, réalisé à partir d'un O 405 N.
  • fin 2000 : premiers tests du prototype Mercedes Citaro pile à combustible
  • juin 2001 : Iveco CityClass équipé d'une PAC de 60 kW, fabriquée par IFC à Turin (ATM)
  • 2003 : la RATP devait tester un Irisbus Cristalis propulsé par une pile Air Liquide / Nuvera de 60 kW, associée à une transmission électrique (par roues motorisées) pendant 2 ans, ce test n'a pas eu lieu.
  • fin 2002 / été 2003 : livraison de 30 Mercedes Citaro dans 10 villes européennes (3 bus par réseau), bus en service probatoire pour deux ans.
  • 03/2018 : la SAVAC annonce qu'elle va exploiter deux bus fonctionnant à l'hydrogène en Île-de-France
  • 06/2019 : inauguration du premier Safra Businova H2 du réseau Tadao
  • 09/2019 : mise en service de 2 bus à hydrogène Van Hool à Versailles (SAVAC)
  • 12/2019 : mise en service de huit bus à hydrogène Van Hool Exquicity à Pau sur le BHNS Fébus.
  • juin 2020 : mise en service d'un Safra Businova H2 au Mans (SETRAM)
  • fin 2020 : mise en service de plusieurs Safra Businova H2 à Versailles (B.E. Green / Keolis)
  • 02/2021 : la RATP teste un bus Caetano H2.City Gold avec pile à combustible Toyota, ce bus devrait circuler sur la ligne 189
  • 03/2021 : annonce d'achat de 11 bus hydrogène par la Métropole Rouen Normandie pour mi-2022, commande modifiée en septembre 2021 : 14 Van Hool A12 FC pour la future ligne F7
  • 07/2021 : commande de 4 bus Van Hool A12 FC par l'agglomération de Pau
  • 09/2021 : mise en service de 5 Safra Businova H2 à Auxerre
  • 10/2021 : mise en service d'un Caetano H2.CityGold à La Roche-sur-Yon
  • 11/2021 : présentation du minibus Hyvia City Bus H2-Tech sur base Renault Master, commercialisation prévue en 2022
MERCEDES CITARO
MERCEDES CITARO pile à combustible (06/2009)

Véhicules en service en France

Dans certaines sociétés de transport, l'hydrogène est utilisé pour les véhicules de service. A Rodez, depuis fin 2015, le Groupe Ruban Bleu possède un Renault Hy Kangoo. En France, les premiers bus "H2" ont été mis en service en 2019.

Lens

Pour la ligne Bulle 6 du réseau Tadao, le SMT AG a équipé le dépôt de Houdain avec une station à hydrogène permettant de recharger 6 bus. Cette installation est mise en place par GNVert (Engie). Suite à un appel d'offres lancé en 2017 par le Syndicat mixte des Transports Artois-Gohelle, le Businova de Safra a été retenu. Le premier véhicule a été présenté en juin 2019. Début novembre 2019, les tests ont débuté sur la ligne Bulle 6.

Un projet de 3 bus supplémentaires a été désigné lauréat 2019 de l'appel à projets Ecosystèmes de mobilité hydrogène.

Pau

Fin août 2017, le Syndicat Mixte de Transports urbains - Pau Portes des Pyrénées a retenu Van Hool pour la fourniture de 8 autobus ExquiCity 18 propulsés à l'hydrogène. Ils ont été mis en service fin 2019 sur une ligne de BHNS : Fébus (6 km, axe nord/sud).

Versailles

Le transporteur SAVAC a mis en service deux bus à hydrogène en septembre 2019. Ils seront rechargés dans une station publique Air Liquide située aux Loges-en-Josas.

Fin 2020, Keolis Versailles a démarré l'exploitation de 5 Safra Businova H2 sur la ligne 6. Ces bus sont loués à B.E. Green.

Le Mans

Un SAFRA Businova H2 a intégré le parc de la Setram en juin 2020.

Auxerre

5 Safra Businova H2 ont été commandés en décembre 2019 pour 6,12 millions d'euros, incluant la maintenance. Ces bus ont été mis en service le 8 septembre 2021 sur la ligne 1.

Prévision : une vingtaine de bus H2 à terme.

La Roche-sur-Yon

En octobre 2021, un autobus Caetano H2.CityGold a été mis en service sur le réseau Impulsyon. Il sera rechargé en hydrogène à la station multi-énergies vertes. L'hydrogène vert sera produit à Bouin par l'entreprise Lhyfe par électrolyse de l'eau en utilisant l'électricité du site éolien.

Projets

H2

Plusieurs agglomérations françaises manifestent leur intérêt pour cette technologie.

Fin 2019, les lauréats de l'appel à projets Ecosystèmes de mobilité hydrogène ont été désignés. Voici une liste de projets concernant les flottes de bus :

  • Toulouse : projet de 6 à 8 bus à hydrogène
  • Châteauroux (projet Hyber : 6 bus de 12 et 18m)
  • Dijon (projet DMSE 2 : 27 bus de 12 et 18m en 2022), 210 bus à terme
  • Le Mans (projet H2Ouest : 10 bus pour la SETRAM)
  • Lorient : projet de 12 bus à hydrogène d'ici 2025 (annonce en 04/2021), dont 7 en 2023
  • Montpellier (projet Montpellier Horizon Hydrogène - MH2 : 21 bus hydrogène pour équiper 2 lignes à partir de 2023) : projet abandonné début 2022
  • Lyon (projet Tethys : deux bus à hydrogène)
  • Chambéry (projet Zero Emission Valley : deux bus à hydrogène)
  • Créteil : projet d'une quinzaine de bus à hydrogène (dans un dépôt de bus neuf)
  • Rouen : annonce l'achat de 11 bus à hydrogène en 03/2021 pour la ligne 6, livraison à partir de l'été 2022
  • Belfort : projet de 7 bus hydrogène pour 4,375 millions d'euros au printemps 2023 (en même temps que l'ouverture de la station à côté du dépôt) ; puis 20 bus supplémentaires en 2025. Hydrogène obtenu par électrolyse à partir d'électricité d'origine renouvelable par Hynamics. Commande de 7 Van Hool A12 FC en novembre 2021 via l'UGAP.
  • Metz : projet de troisième ligne de BNHS avec des bus à hyrogène pour 2025
  • Saint-Brieuc : projet de 12 bus articulés pour la ligne Teo
  • Bordeaux : annonce en septembre 2021 d'un projet d'achat de 2 bus à hydrogène
  • Nice : projet 38 bus électriques à hydrogène à l'horizon 2024 pour les lignes 5, 8 et 32 du dépôt de Drap
  • Mâcon : projet de 9 bus à hydrogène pour 2024
  • Clermont-Ferrand : publication en décembre 2021 par le SMTC-AC d'un marché public global de performance concernant la mise en oeuvre de l'exploitation des lignes 35-36 avec environ 10 véhicules de 12 mètres à hydrogène, démarrage prévu pour septembre 2024 (contrat de 12 ans dont 10 ans d'exploitation) avec de l'hydrogène produit à partir de sources décarbonées
  • Dunkerque : projet de 10 bus standard à hydrogène pour mise en service en octobre 2023
Partager ce dossier :

A consulter également

Pour en savoir plus, consultez également les dossiers suivants sur le même thème :


Actualité sur ce sujet


Photos

[photo du mois]
Van Hool new A330 Versailles
[photo]
Safra Businova - B.E. Green

Cliquez pour agrandir. Ces photos sont issues de l'actualité et de la photothèque transbus.org.