Le covoiturage dans la chaîne de mobilité

Si le covoiturage est surtout connu actellement pour les déplacements entre villes avec des leaders comme Blablacar, il commence à devenir un mode transport du quotidien à part entière.

Dans quel contexte ?

Le transport public est efficace dans les zones denses. Mais les agglomérations s'agrandissent de plus en plus, proposer une ligne de bus à tous les habitants n'est alors pas rationel. Des solutions de transport à la demande se sont développées, mais elles n'apportent pas toujours la souplesse souhaitée et ont un coût au voyageur transporté souvent élevé et des modalités de réservation parfois limitées (par exemple dans l'amplitude horaire du service ou sur les jours de fonctionnement). Le covoiturage peut dans certains cas s'avérer plus souple.

Les solutions de covoiturage ont également été mises en avant par Ile-de-France mobilités lors des grèves SNCF de 2018.

Infrastructures

Les collectivités peuvent aménager des parkings à destination des covoitureurs. Ces espaces de stationnement sont situés à proximité des grands axes routiers ou des gares.

aire de covoiturage
Aire de covoiturage en Charente.

Organisation du covoiturage

Pour mettre en relation les conducteurs et les usagers, des plateformes existent. Lancées par des startups, les applications de covoiturage peuvent être intégrées dans l'offre de transport public.

WayzUp s'intéresse aux trajets domicile-travail. La société a effectuée une levée de fond à laquelle le groupe RATP a répondu.

SNCF a développé sa solution de covoiturage : idVroom. Des emplacements sur les parkings des gares sont réservés aux utilisateurs.

idVroom à Meaux
Emplacements idVroom à la gare de Meaux.

La solution Karos Territoires de la société Karos a vocation à être intégré aux réseaux de transport en commun. La région Normandie a lancé en avril 2018 une expérimentation sur le territoire de la Communauté de communes Roumois Seine.

Partager cet dossier :