Déconfinement : incitation à l'usage des modes doux

Article publié le par

Déconfinement : incitation à l'usage des modes doux
Marquage au sol et signalisation verticale d'une nouvelle voie réservée aux bus et aux vélos à Brest
couloir bus vélo

Le lundi 11 mai, le déconfinement suite à l'épidémie de Covid-19 débute. La capacité des réseaux de transport en commun sera volontairement réduite. Pour permettre l'application des gestes barrières à bord des bus, cars, tramways, métros…, des sièges seront condamnés et le nombre de places debout sera limité. Néanmoins, de nombreuses personnes devront à nouveau se déplacer. Les autorités craignent un recours massif à l'automobile individuelle, ce qui aurait pour conséquences d'augmenter la pollution atmosphérique et de créer des embouteillages perturbant la circulation des systèmes de transport en commun de surface.

Afin d'éviter ce scénario catastrophe, des alternatives sont proposées.

Favoriser les déplacements en vélo

À travers tout le pays, plus de 1000 kilomètres de pistes cyclables provisoires ont été créés en seulement quelques jours. Il s'agit de voies vélos ou de voies mixtes pour les véhicules de transport en commun et les vélos.

La Sécurité Routière diffuse des consignes pour des déplacements sûrs à vélo.

Développer la marche à pied

Le mode de déplacement le plus simple est la marche à pied. Sur certains axes, la vitesse autorisée pour les véhicules a été abaissée et la priorité donnée aux piétons.

À Paris, la RATP a annoncé que 60 stations de métros seront fermées. Les correspondances devront parfois être effectuées à pied.

Encourager les mobilités durables

Le gouvernement a également accéléré la sortie des décrets relatifs au forfait mobilités durables dans le secteur privé et dans la fonction publique qui ont été publiés au Journal Officiel du 10 mai. Ce dispositif a été introduit par la loi d'orientation des mobilités (LOM).

Le texte permet aux employeurs publics et privés de verser une allocation forfaitaire à leurs personnels qui viennent sur leur lieu de travail à vélo (avec ou sans assistance électrique), en covoiturage, en transport public ou en utilisant d'autres services de mobilité partagée.

Ce forfait mobilités durables ne se cumule pas avec la prise en charge des frais d'abonnement aux transports publics ou de services publics de location de vélos souscrits par les salariés.

S'abonner
Partager cet article :

À lire aussi dans l'actualité des transports en commun…

TRANS'BUS sur Twitter