Pic de pollution : prenez les transports publics

Article publié le par

Pic de pollution : prenez les transports publics
Vignette Crit'air sur un minibus électrique
Affichage pollution

Depuis quelques jours, certaines agglomérations françaises enregistrent un niveau élevé de pollution atmosphérique aux particules fines.

Pour y remédier, les autorités et les collectivités prennent des mesures.

Une partie de la pollution provient des déplacements individuels motorisés. Pour favoriser le report modal, des mesures d'incitation à l'utilisation des transports en commun sont prises.

À Lyon, le réseau TCL propose un titre de transport spécial, Tick'air, depuis le jeudi 23 janvier. Il permet de voyager toute la journée sur l'ensemble du réseau au prix de 3 euros.

Hier, vendredi 24 janvier, suite à l'alerte pollution de niveau 1 déclenchée par arrêté préfectoral, l'accès aux réseaux Astuce de Rouen et LiA du Havre était possible gratuitement.

L'Eurométropole de Strasbourg a déclenché un plan d'actions renforcées contre la pollution de l'air. La CTS commercialise des tickets Pic de Pollution à 1,80 € (ou 2 € à bord des bus). Ce titre de transport permet de voyager en illimité sur les lignes de bus et de tramway.

Ce samedi 25 janvier, le Grand Annecy a décidé la mise en place du dispositif exceptionnel Pass Air Pur sur le réseau de transport public Sibra. À bord des bus, le ticket unité à 1,50 € valable 1 heure est remplacé par le Pass Air Pur vendu 1 € et valable toute la journée.

À Chambéry, le plan "Qualité de l'air" est activé. Le réseau Synchro Bus propose un titre de transport pour la journée vendu 1 €, il permet de voyager sur les lignes de bus, de louer un vélo à la Vélostation et d'utiliser le circuit Vélobulle.

En Isère, les réseaux TAG, Transisère, TouGo et le service Métrovélo sont gratuits depuis hier.

À Saint-Etienne, ce samedi 25 janvier, l'accès aux services du réseau STAS est gratuit.

En plus de ces incitations, les autorités peuvent appliquer la circulation différenciée (basée sur les vignettes Crit'air) ou bien encore abaisser de 20 km/h les vitesses maximales autorisées.

Ces mesures vont durer tout au long de l'épisode de pic de pollution.

Partager cet article :

À lire aussi dans l'actualité des transports en commun…

TRANS'BUS sur Twitter