CityMakers : l'innovation au service de la mobilité urbaine

Article publié le par

CityMakers

Quels services de mobilité dans les villes pour le futur ? L'incubateur de start-ups Numa a organisé les challenges CityMakers pour la deuxième fois à Paris. Cette saison 2 s'achève par une présentation des produits et services développés depuis le lancement en mai 2018. Deux thématiques ont été abordées par les participants : Mobility as a service (MaaS) et le véhicule électrique et la ville.

Les projets ont mobilisé des acteurs publics et privés (start-ups, grands groupes, collectivités locales, chercheurs…).

Concernant le domaine du MaaS, on retrouve l'idée d'un pass mobilité, l'analyse des flux de véhicules dans la ville, et les solutions de mobilité à la demande pour les zones peu ou non desservies par les transports en commun. A ce titre, l'application Padam est présentée en partenariat avec l'opérateur de transport SAVAC. Cet outil est déjà en exploitation notamment à Orléans (Résa'Est), à Lille (ilévia réservation) et en Ile-de-France (Flexigo Gally-Mauldre)

La thématique dédiée au véhicule électrique et la ville s'est focalisée sur les problèmes de rechargement des batteries rencontrés par les professionnels (ex : VTC) en proposant des solutions de réservation sur tous les réseaux de bornes, et a également étudié un scénario des mobilités pour le Grand Paris en 2030 intégrant les besoins en rechargement de tous les acteurs, y compris la RATP.

Ce jeudi 31 janvier, dans le cadre de la soirée de clôture, plusieurs conférences sur les enjeux de la mobilité du futur ont eu lieu. On retient notamment celle intitulée Pourquoi un pass universel des mobilités ? , Jean-Louis Missika (adjoint à la Maire de Paris) a donné son point de vue en mettant en avant l'importance de l'intermodalité et la nécessaire intégration des différents services (transports en commun, free-floating, autopartage, covoiturage, VTC…). La question de l'échelle des solutions proposées est à prendre en compte avec attention : la ville, la métropole, la France, le monde ? Chaque acteur (local ou global) défend une vision différente. L'adjoint indique qu'il y a devant nous des batailles politiques, technologiques et culturelles. Il milite pour que la ville de Paris devienne une autorité organisatrice de la mobilité de second rang, aux côtés d'Ile-de-France mobilités. En conclusion, il défend le rôle des collectivités à garantir l'intérêt général.

Partager cet article :

Commentaires

A lire aussi dans l'actualité des transports en commun…

TRANS'BUS sur Twitter