6 026 bus et cars immatriculés en France en 2020

Article publié le par Olivier Meyer

6 026 bus et cars immatriculés en France en 2020
Autobus électrique Heuliez Bus immatriculé en 2020
Immatriculation d'un autobus

Le début d'année est l'occasion de faire le point sur les immatriculations de bus et cars en 2020. Les chiffres des immatriculations de bus et cars neufs ont été publiés par le Service des données et études statistiques (SDES) du ministère de la Transition écologique et par le Comité des Constructeurs Français d'Automobiles (CCFA). Ces données sont issues du Système d'Immatriculation des Véhicules (SIV).

En 2020, 6 026 véhicules neufs de transport en commun de personnes ont été immatriculés en France métropolitaine. Il y en avait eu 6 780 en 2019. Le marché est donc en recul de 12 %. Il faut remonter à 2014 pour retrouver un chiffre aussi bas. La Chambre Syndicale Internationale de l'Automobile et du Motocycle (CSIAM) tablait début 2020 sur un volume en baisse de seulement 200 véhicules (-3 %).

La chute des immatriculations a été forte de mars à mai 2020 en raison du confinement.

Certains constructeurs ont été très touchés par la crise liée à la situation sanitaire. Il s'agit de ceux dont l'offre est principalement axée sur les autocars de tourisme ou de lignes longue distance (Irizar, Van Hool, VDL, Volvo, ainsi que MAN dans une moindre mesure).

Les immatriculations des marques Mercedes-Benz et Setra du groupe Daimler progressent de respectivement 10 et 15 %. Dans le groupe CNH Industrial, Iveco reste leader du marché avec un volume équivalent à 2019, mais les immatriculations en France pour Heuliez Bus ont baissé de 29 %. Le constructeur Scania a terminé l'année 2020 sur le même volume que l'année précédente. Les industriels turcs Otokar et Temsa affichent une belle performance.

Les immatriculations progressent dans plusieurs régions, notamment en Bretagne, en Occitanie, dans le Grand Est et en Île-de-France. Il s'agit surtout de livraisons d'autocars scolaires et de véhicules destinés aux lignes régulières qui correspondent au début d'exploitation de marchés publics et de concessions de service public attribuées par les régions à des transporteurs privés.

En Île-de-France, l'année 2020 marque le début des livraisons de véhicules à Île-de-France mobilités qui les met à disposition aux transporteurs. Les immatriculations en Île-de-France sont à analyser en tenant compte du fait qu'une grande partie des véhicules achetés par Transdev pour le compte de ses filiales sont immatriculés au siège du groupe, dans les Hauts-de-Seine.

En revanche, le marché a fortement chuté en Auvergne-Rhône-Alpes et en Nouvelle-Aquitaine.

Transition énergétique

Seuls 153 bus électriques ont été immatriculés en 2020, il y en avait eu une bonne centaine de plus en 2019. De fait, la transition énergétique des parcs de véhicules de transport en commun s'oriente davantage vers le gaz naturel.

Immatriculations dans les DOM

Aux immatriculations en France métropolitaine il convient d'ajouter les 317 autobus ou autocars immatriculés en 2020 dans les DOM (Guadeloupe, Martinique, Guyane, La Réunion et Mayotte). Ce marché est en progression (il y en avait eu 260 l'année précédente).

Un parc de bus et cars en progression

Les éléments concernant la flotte de bus et cars en circulation en France sont communiqués par le SDES avec presque un an de décalage. Les chiffres au 1er janvier 2020 ont été rendus publics en décembre 2020. L'étude menée dénombre 96 642 véhicules de transport en commun de personnes, dont 27 607 autobus et 69 035 autocars.

S'abonner
Partager cet article :

À lire aussi dans l'actualité des transports en commun…

TRANS'BUS sur Twitter