Gendarmerie : vente d'anciens autocars aux enchères

Article publié le par Olivier Meyer

Gendarmerie : vente d'anciens autocars aux enchères
Irisbus Arès transportant la musique de la garde républicaine
Renault Tracer Gendarmerie

Pour le transport de ses personnels, la gendarmerie exploite une flotte d'autocars. Les véhicules en service ont une moyenne d'âge élevée et effectuent peu de kilomètres. La stratégie concernant ces transports évolue : la gendarmerie externalise progressivement ces prestations à des sociétés de transport de voyageurs.

La gendarmerie a mis en vente plusieurs autocars sur la plateforme encheres-domaine.gouv.fr, le site internet des ventes du Domaine. Les autocars concernés sont des Renault Tracer de 1993 et 1994, un Irisbus Arès de 2002 aux couleurs de la musique de la garde républicaine, un Renault Medium (MRC 35) de 2001 carrossé par Carrier et un midicar Irisbus Midys de 2007. Ces autocars sont presque tous stationnés au Centre de soutien automobile de la gendarmerie (CSAG) de Satory.

Ces véhicules sont proposés aux enchères avec une mise à prix de 300 euros. La vente aura lieu en ligne du vendredi 19 février au jeudi 25 février 2021 à 11 heures sur la plateforme Moniteur Live. Elle est réservée aux professionnels.

Une flotte d'autocars en diminution

La gendarmerie avait pu maintenir en circulation des autocars non équipés de ceintures de sécurité jusqu'au 31 décembre 2019 grâce à une dérogation publiée dans le décret n° 2016-697 du 27 mai 2016 relatif aux véhicules d'intérêt général et au parc des autocars de la police et de la gendarmerie.

La flotte d'autocars a été modernisée partiellement en 2016 et 2018 avec la mise en service d'autocars Mercedes Intouro, ainsi que de quelques minicars Unvi Compa en 2019. Mais la flotte reste majoritairement constituée de midicars Renault Medium de 2001 et 2003, d'Irisbus Arès de 2001 et 2002, ainsi que de quelques Irisbus Arway et Proway de 2007 et 2008.

Le faible nombre d'autocars neufs reçus ne suffit pas à remplacer la totalité des véhicules en fin de vie. La flotte diminue progressivement. En 2012, la gendarmerie exploitait 266 autocars, il n'y en avait plus que 112 en 2017 (dernier chiffre publié).

Externalisation des transports

Pour continuer à assurer les transports en commun avec un parc d'autocars qui se réduit, l'institution fait appel à des sociétés de transport de voyageurs.

Des appels d'offres concernant l'externalisation des moyens de transport en commun pour le personnel ont eu lieu l'année dernière pour les écoles de la gendarmerie nationale de Châteaulin, Chaumont, Rochefort, Tulle, Montluçon et Fontainebleau. Les lots de Châteaulin, Fontainebleau et Montluçon n'ont pas été attribués et ont fait ou font à nouveau l'objet d'une consultation (procédure négociée). Il s'agit de marchés d'un an pouvant être reconduits trois fois.

À Paris, le transport des militaires de la garde républicaine a été confié à la RATP. Les déplacements sont effectués avec des autocars électriques ou à basses émissions.

S'abonner
Partager cet article :

À lire aussi dans l'actualité des transports en commun…

TRANS'BUS sur Twitter