Le transport public à la demande

La performance d'un réseau de transport en commun dépend directement des caractéristiques des zones à desservir.
Plus l'habitat est dense et concentré, meilleures sont les capacités offertes et les fréquences proposées.
A l'inverse, plus l'habitat est peu dense et étalé (comme en périphérie de ville) plus il est difficile de mettre en place un réseau de transport répondant à la demande réelle.
Face au développement des zones d'habitation périurbaines et des grandes zones d'activités industrielles ou tertiaires les réseaux de transport public s'adaptent et développent des services de transport à la demande (TAD).

Véhicule de transport à la demande
Véhicule de transport à la demande sur le réseau Oléane (Les Sables-d'Olonne)

Tantôt appelé Appel Bus, Pti'bus, Allo'Bus ou encore Taxi Bus, ces systèmes fonctionnent presque tous sur le même principe. L'usager déclenche le passage du véhicule à partir d'un appel téléphonique ou via une réservation par internet.

Initialement, les usagers de ces lignes étaient le plus souvent des personnes âgées qui n'ont plus de moyen de transport autonome. Le développement des services et leur digitalisation augmente leur intérêt pour les actifs.

Véhicule Résa'Tao
Véhicule électrique à côté de sa borne de recharge sur le service Résa'Tao (05/2022)

Exploitation

Les services de transport à la demande complètent l'offre régulière de transport en commun. Les véhicules sont souvent de petite capacité. Leur conduite demande alors uniquement le permis B. Sur certains services, des minibus d'une capacité de 10 à 25 passagers peuvent être utilisés. L'exploitation est parfois sous-traitée à des taxis.

L'équipement de ces véhicules est de plus en plus complet et accessible : plancher bas, girouette électronique, larges portes, et même parfois emplacement pour les personnes à mobilité réduite (PMR).

Véhicule Créabus
Midibus sur le service Créabus du réseau de Bordeaux
photo : TRANS'BUS

Horaires et itinéraires

Il peut y avoir deux types de services :

  • les services préfixés : correspondent à des lignes ayant des horaires et des itinéraires préfixés répondant à des besoins précis et connus (horaires professionnels, desserte de marchés ou de centres commerciaux…). Généralement ces lignes sont en correspondance avec les lignes régulières du réseau d'autobus.
  • les services souples (ou ligne virtuelle) : correspondent à des lignes ayant des horaires et des itinéraires souples et fonctionnant uniquement à la ponctuelles.
  • dépose à la demande : au départ d'une gare ou d'un pôle d'échange, les voyageurs indiquent leur arrêt de destination au conducteur qui construit son itinéraire selon les demandes

Le trajet de ces lignes à la demande est, le plus souvent, fixe. Aux heures creuses, une ligne à la demande remplace parfois une ligne régulière, afin de maintenir une liaison.

Dans certains cas, le véhicule est présent à heures fixes (par exemple en correspondance avec le métro ou le tramway). L'itinéraire est alors construit en fonction de la destination des passagers. Le trajet retour nécessite toutefois une réservation préalable.

Certains réseaux utilisent le transport à la demande pour prendre le relais de l'offre régulière aux heures creuses, la nuit ou le week-end.

Utilisation

Réservation

Les systèmes proposent une application mobile pour effectuer la réservation. D'autres canaux de réservations existent aussi, comme un serveur vocal téléphonique ou via un centre d'appels.

Le délai pour réserver un bus varie en fonction du réseau, il faut réserver de la veille au soir jusqu'à parfois seulement une demi-heure avant le départ du service.

Certains outils numériques permettent aux usagers de visualiser la position du véhicule à l'approche.

Sans réservation

Certains services sont en correspondance avec un mode lourd (ex : tramway ou dans une gare aux heures creuses). Dans ce cas, il n'est pas nécessaire de réserver dans le sens aller. Le conducteur construit son itinéraire en fonction des arrêts de descente des clients qu'il transporte.

Politique tarifaire

Le plus souvent, la politique tarifaire du service à la demande est la même que celle du réseau, à savoir le prix d'un ticket par trajet.

Les véhicules peuvent être équipés d'un valideur.

Etudes de cas

Afin de desservir finement des zones d'habitat peu dense, de nombreux réseaux mettent en place des systèmes de transport à la demande. Dans ce domaine, le réseau de St-Brieuc a fait figure de précurseur.

Pti'bus à Poitiers (en 1999)

Arrêt Pti'bus

Le service Pti'Bus pour Poitiers transport Individualisé a été mis en place en 1994. Pti'bus est un service de transport à la demande, destiné à desservir les zones et quartiers où la densité de la population ne peut justifier le passage régulier d'un bus.

Les abonnés doivent réserver chaque trajet Pti'bus en appelant Allo'bus. La réservation doit s'effectuer au plus tard une demi-heure avant le départ du service. Si aucune réservation n'est enregistrée sur un trajet, celui-ci n'est pas assuré

Statistiques (avant la refonte du système en septembre 2002) :

  • Coût d'adhésion au service : 30 F
  • Nombre d'abonnés : 264
  • Nombre de voyages par an : 6 665 (en 1999)

Taxitub à Saint-Brieuc (en 2000)

C'est un service de transport public à la demande qui ne passe que sur réservation selon des horaires et itinéraires que vous trouverez dans un guide bus spécifique disponible au point TUB. Ce service a été développé par la CABRI en partenariat avec les artisans taxis de l'agglomération. Plus de 50 lignes virtuelles desservent un habitat peu dense, ou des secteurs d'emplois excentrés. Le système gère et optimise les réservations des clients sur simple appel. On voyage en TAXITUB pour le prix d'un ticket de bus.

Statistiques :

  • 57 lignes virtuelles, mode fixe avec horaires préétablis
  • 17 transporteurs / 21 véhicules (uniquement des taxiteurs)
  • 11 042 personnes transportées en 2000, 8 202 courses effectuées, 72 551 km effectués dont 30 860 en charge sur une offre totale de 810 000 km.

Taxibus de Grasse Antibes (en 1998)

Les lignes de bus régulières ne sont pas rentables dans tous les secteurs, le Syndicat Intercommunal des Transports en commun de l'Agglomération de Grasse Antibes (Sillages STGA) a mit en place en 1998 un réseau de transport à la demande.

Statistiques :

  • 14 communes desservies (210 000 habitants)
  • 6 mandataires / 33 véhicules (taxi et minibus)
  • Mode fixe : 35 lignes virtuelles
  • Complémentarité horaire et géographique avec le transport régulier
  • Réservation entre 7 jours et 1h avant la course
  • 615 adhérents
  • 6 300 courses par an
  • Tarification : 7,50 F par section et par personne

Un service Appel Bus fonctionnant uniquement les samedi soir et un service Mobiplus destiné aux personnes à mobilité réduite, dans l'incapacité physique provisoire ou permanente d'utiliser les services de transport réguliers.

Logiciels

Plusieurs sociétés proposent des outils pour gérer et optimiser les services de transport à la demande. Certains logiciels gèrent toute la chaîne : la réservation (par téléphone, depuis un site internet ou via une application mobile), la planification et la facturation. Des indicateurs sur l'utilisation du service peuvent être obtenus pour analyser sa performance (taux de groupage, nombre de refus, ratio passagers-kilomètres…).

Outils proposés par des éditeurs

Amesys (Bull) éditait le logiciel TOD (ex-optitod) qui optimise le transport à la demande en utilisant des algorithmes qui permettent de regrouper plusieurs usagers dans les véhicules et de concevoir l'itinéraire.

La société Simpliciti (ex-BST Technologies) propose le logiciel Xe Mobility (ex-Titus) de gestion des services de transport à la demande : http://www.simpliciti.fr. C'est aussi le cas de Trapeze.

L'entreprise Nocratès édite la solution Viacitis utilisée par plusieurs réseaux de transport public pour les services de TAD et de TPMR. Plusieurs offres sont proposées selon le type de service à exploiter (TAD dynamique, TAD scolaire, TAD TPMR…).

Des start-ups se sont aussi lancées sur ce marché, comme Padam Mobility. La société a été rachetée par Siemens Mobility en mai 2021. Cette société a mis en place une plateforme régionale de TAD pour le compte d'Île-de-France Mobilités.

Outils des exploitants

Le groupe de transport Keolis dispose de sa propre solution pour le transport à la demande, c'est une fonctionnalité de la "centrale de mobilité".

Cityway, la filiale numérique de Transdev, propose sa solution Optycall aux opérateurs. Il s'agit d'une application en ligne.

Partager ce dossier :

A consulter également

Pour en savoir plus, consultez également les dossiers suivants sur le même thème :


Actualité sur ce sujet


Photos

Cliquez pour agrandir. Ces photos sont issues de l'actualité et de la photothèque transbus.org.