Autobus GPL, Gaz de Pétrole Liquéfié

logo GIE GPL Bus Le premier bus GPL a été présenté par Van Hool fin novembre 1997 au congrès du GART. Fin 1998, le groupement d'intérêt économique (GIE) GPL Bus a vu le jour, associant Elf Antargaz, Irisbus, Heuliez et Total. Heuliez Bus lance alors son autobus GX 317 GPL

Près de 130 autobus GPL sont alors mis en service.

Mais en octobre 2001, suite à l'application des normes Euro 3, DAF décide d'arrêter la production de son moteur GPL qui équipe les bus Van Hool et Heuliez.

Un nouveau GIE a été créé en 2003 : GPL Prop'bus, soutenu techniquement par le constructeur MAN. La filière GPL est relancée… jusqu'en 2007 où MAN stoppe la commercialisation de son autobus GPL.

Présentation et avantages du GPL

Le GPL est un mélange gazeux composé de butane et de propane. Un bus GPL permet de réduire de 65 % les rejets d'oxyde d'azote et de 80 % les particules (par rapport à un bus diesel). Le GPL ne contient ni soufre (qui provoque l'acidité des sols et des eaux), ni plomb, ni poussières. De plus, il permet une diminution de moitié de la nuisance sonore.

Les autobus GPL

Première génération : de 1997 à 2001

Les deux réservoirs, soit 450 litres, sur GX 317 GPL (Photo : Heuliez Bus)

En France, deux constructeurs se partageaient le marché de l'autobus au GPL : Heuliez et VanHool.

Tous ces bus partagent un seul et unique moteur : le RG 170 de DAF, qui n'est plus commercialisé.

Deuxième génération : de 2004 à 2007

Le constructeur Neoman relance le GPL en commercialisant un nouveau bus.

Actuellement, il n'existe plus d'autobus GPL sur le marché français.

Sécurité

GX 317 GPL (Photo : Heuliez Bus)

L'arrivée d'autobus fonctionnant au GPL dans un dépôt nécessite quelques aménagements pour l'alimentation et la maintenance de ces bus.

Les zones couvertes où les bus GPL sont amenés à se rendre doivent être munies d'une ventilation performante et de détecteurs de gaz, situé en partie basse, le GPL étant un gaz plus lourd que l'air, contrairement au GNV.

Les coûts

AG 300 GPL de Tours (Photo : Olivier MEYER)

Le surcoût d'un bus GPL par rapport à son équivalent diesel est de l'ordre de 32 000 € (210 000 FF).
Une station de remplissage haut débit coûte entre 0,5 et 1,5 million de Francs, selon sa capacité.
La consommation moyenne d'un bus GPL est environ 1,6 à 2 fois supérieure à celle d'un bus diesel (valeur exprimée en litres).

Le parc d'autobus GPL en France

Après avoir atteint un pic à plus de 170 bus fonctionnant au GPL, le parc français de ce type de bus diminue d'années en années.

Ville Parc Prévisions / objectifs
Bayonne VanHool A 300 GPL (6 bus)
Heuliez GX 317 GPL (5 bus)
réformés
Fos sur Mer Heuliez GX 317 GPL (2 bus) revendus à Laval
Belfort MAN Lion's City GPL (38 bus) mise en service fin 2007
Laval Heuliez GX 317 GPL (8 bus)
Van Hool A 300 GPL (1 bus)
MAN NL 243 GPL (3 bus)
MAN Lion's City GPL (6 bus)
-
Paris Heuliez GX 317 GPL (57 bus) réformés en 2009
St-Germain-en-Laye Heuliez GX 317 GPL (12 bus) réformés
Tours VanHool A 300 GPL (13 bus)
VanHool AG 300 GPL (14 bus)
Heuliez GX 317 GPL (9 bus)
VanHool : tous réformés en 2015 / Heuliez en 2016
Trappes Heuliez GX 317 GPL (2 bus) revendus à Laval

L'arrêt de la commercialisation d'autobus GPL en 2001 a conduit les réseaux à se tourner vers d'autres carburants. Parmi ces réseaux, seul celui de Laval a poursuivi l'achat de bus GPL lors de la sortie du MAN NL 234 GPL.

Depuis 2008, le nombre de bus GPL en exploitation en France diminue progressivement avec la réforme de ces bus et leur renouvellement par des véhicules fonctionnant avec d'autres carburants.


A consulter également

Pour en savoir plus, consultez également les dossiers suivants sur le même thème :

Partager cet dossier :

Actualité sur ce sujet


Photos

Cliquez pour agrandir. Ces photos sont issues de l'actualité et de la photothèque TRANS'BUS.